Forest | Nature Rights
Mot de passe oublié ?
Thème
Fôrets
Une Terre pour les Kogis
medias/site/projet/image_fr/pr-kogis2.gif

Tchendukua lance un nouveau projet «Une terre pour les Kogis», qui consiste à acheter et restituer une terre ancestrale de 60 hectares aux indiens Kogis dans la Sierra de Santa Marta en Colombie. L’objectif général du projet est la récupération forestière, hydraulique et culturelle de cet espace aujourd'hui largement dégradé. NatureRights développe une application pour permettre un financement citoyen à l'achat des terres.

 

 

Yasuni : laisser le pétrole sous terre
medias/site/projet/image_fr/pr-yasuni.gif
Yasuni est une initiative Equatorienne destinée à donner au pays les moyens de renoncer à l'exploitation et la commercialisation de l'équivalent de quelques 846 millions de barils de pétrole sous la terre d'un des espaces amazoniens les plus riches en biodiversité de la planète et abritant une dizaine de tribus indiennes isolées.
 
Projet Amazonia (Archive)
medias/site/projet/image_fr/pr-amazonia.gif
NatureRights a été au Bresil afin de proposer un projet de financement collectif citoyen pour preserver l’Amazonie. Le projet initial s’inscrivait dans le cadre de la loi de «gestion de forêts publiques» prévoyant d’allouer des «licences d’exploitation» à des entreprises dans le but de valoriser l’actif économique de parcelles de forêts pour une période de temps donnée. NR proposait de les transformer en "titres de préservation"....
 
Projet Babaçu
medias/site/projet/image_fr/babassu-b.gif

Les « Quebradeiras de coco de babaçu » sont une communauté traditionnelle de près de 400.000 femmes travaillant à l’extraction des noix de coco de babaçu, arbre natif de l'Amazonie. Cette activité économique indispensable à la survie de la communauté participe pourtant de la préservation et de l’exploitation durable d’un territoire de près de 18 millions d’hectares dans les Etats de Piauí, Maranhão, Tocantins , Pará Mato Grosso et de Goiás. 

Projet Beija Flor
medias/site/projet/image_fr/pr-benki.gif

Le centre "Sonho do Beija-Flor no Raio do Sol" (Rêve de colibri dans un rayon de soleil) est un projet de reforestation allié à un système de formation des jeunes. Le réinvestissement des zones dégardées ou déforestées permet la diffusion de pratiques d'exploitation durable inspirées des savoirs traditionnels ancestraux et permettant la valorisation de la médecine indigène et des pratiques spirituelles associées à la conservation de la nature.

Thème Fôrets

Les forêts représentent notre inconscient collectif.

 

L’Arbre est un des symboles les plus puissants de l’humanité. Il représente la vie en perpétuelle évolution, l’ascension vers le ciel, l’union des éléments, l’axe du monde. Dans ne nombreuses cultures, les arbres étaient chargés d’énergies sacrées que les hommes pouvaient mettre à leur service et qui leur donnaient accès à d’autres niveaux de réalité. Le culte des arbres, ou des divinités qu’ils personnifiaient, était autrefois pratiqué dans toutes les civilisations, et certaines des significations avaient souvent valeur universelle.

 

Les forêts et autres types de terres boisées couvrent au total près de 4 milliards d'hectares dans le monde, soit 30% de la superficie des terres émergées selon les données de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La Forêt a un rôle de régulateur des températures locales et de protection des réserves d’eau potable, elle capte le carbone limitant les effets du changement climatique.

 

La Forêt joue un rôle économique, social, culturel et spirituel dans notre vie et notamment chez les communautés indigènes.

 

Les forêts tropicales sont les écosystèmes terrestres les plus riches du point de vue de la biodiversité. Depuis des temps immémoriaux, et comme dans tous les autres types de forêts, les êtres humains y prélèvent du bois, de la nourriture et des médicaments, dont l’importance perçue a varié au cours des âges.

 

La transformation des forêts en terres agricoles, le surpâturage, la gestion non durable, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, le développement d’infrastructures, l’exploitation minière et pétrolière, les feux déclenchés par l’homme, la pollution et le changement climatique ont tous des impacts négatifs sur la biodiversité forestière.

A voir aussi
Membres
Partenaires
Facts

16 Millions d’Hectares de forêts tropicales disparaissent chaque année.

 

De 2000 à 2012, la terre a perdu 2,3 millions de km2 de forêts, l'équivalent de 50 terrains de football par minute, soit 4,2 fois la surface de la France (543 965 Km2).

 

Plus de 100 espèces animales et végétales disparaîssent chaque jour avec les forêts tropicales.

La forêt Amazonnienne

En Amérique du Sud, le bassin amazonien s’étend sur 7,3 millions de km². La forêt elle-même compte environ 6 millions de km2 et s’étend sur neuf pays, essentiellement le Brésil (avec 60 % de la forêt), mais aussi l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, la France (via le département de la Guyane), le Surinam, le Guyana, la Bolivie et le Pérou. Située sous l’Équateur, l’Amazonie a un climat chaud et humide qui en fait le domaine d’une forêt tropicale dense. Cette forêt est l’une des principales sources d’oxygène de la planète.

 

Premier fleuve du monde par son débit (de 70.000 à 280.000 m3/seconde lors des crues), l’Amazone (7 025 km de sa source de l’Apurimac dans les Andes à l’Atlantique, plus de 10 km de large dans son cours intérieur) est navigable jusqu’à Manaus. L’Amazone et ses affluents [rio Negro, Japurá, Purús, Madeira, Tapajós, Xingu, Araguaia, Tocantins…] drainent l’Amazonie qui s’étend des plateaux des Guyanes, au nord, de la chaîne des Andes à l’ouest, et du plateau brésilien au sud.

 

En dix ans, la forêt amazonienne s’est rétrécie de 500.000 km² (soit approximativement la superficie totale de la France), la majeure partie perdue devenant des pâturages pour le bétail ou des plantations de soja. En termes de surface, l’Amazonie brésilienne est celle qui est victime de la plus grande déforestation annuelle de la planète.

 

Les forêts boréales, tempérées et tropicales abritent la grande majorité des espèces terrestres de la planète. 


Près de 80% de la population des pays en voie de développement a recours à la médecine traditionnelle: près de la moitié de ces substances médicinales proviennent de plantes que l’on trouve essentiellement dans les forêts tropicales.

 

Les deux tiers des grandes villes des pays en voie de développement dépendent des forêts voisines pour leur approvisionnement en eau potable.

 

L’Amazonie en est la principale victime à 53 % avec la disparition de 42.510.000.000 m2 de couvert forestier par an, soit 1.350 m2 à chaque seconde, ce qui correspond à la surface d’un terrain de football toutes les 7 secondes.

 

L’Equateur détient le record mondial avec un taux annuel de déforestation de 1,7 %, loin devant le Brésil (0,6 %/an) : à ce rythme, il n’y aura plus de forêts primaires en Equateur en 2070. 

 

Sur cette base, on prévoit la disparition totale de l’Amazonie vers les années 2150. 

 

Entre 1492 et 1970, 1% de la forêt amazonienne a été détruite.
Durant ces 35 dernières années, cette même forêt s'est réduite de 14 %, soit une superficie supérieure à deux fois celle de la France et une vitesse de déforestation 200 fois plus élevée

 

Au 16ème siècle vivaient en Amazonie entre 5 et 7 millions d’indiens.
Aujourd’hui, on n’en dénombre plus qu’un million. 

Déforestation

 

Environ  13 millions d’hectares de forêts ( générales) du monde sont dévastés par la déforestation chaque année, soit une superficie équivalente à celle de la Grèce.

 

Il disparaît dans le monde chaque année depuis 15 ans : 80.000 km2 de forêt (solde tenant compte de la reforestation), soit la surface de l’Autriche. 

 

40 Billions de dollars seront nécessaire chaque année pour endiguer la déforestation d’ici 2030 

 

Au cours des 8000 dernières années, environ 45% des forêts initialement présentes sur Terre ont disparu, la plupart ayant été rayées de la carte au cours du siècle dernier.

 

Les forêts tropicales couvraient au début du XIXème siècle dans le monde une superficie de 16 millions de km² environ. Aujourd’hui, moins de la moitié subsiste. Chaque année, la déforestation fait disparaître quelque 13 millions d'hectares de forêts dans le monde. FAO

 

 

Les émissions dues à la déforestation pourraient contribuer à environ 20% des émissions mondiales annuelles de gaz à effet de serre