Nature Rights
Mot de passe oublié ?
Les Usages du babassu

Le babaçu est un des représentants les plus importants des palmiers brésiliens, présent sur une superficie de plus de 18 millions d’hectares. Ce palmier est remarquable par la densité de sa population (jusqu’à 1000 individus par hectare) et par sa rapidité de croissance. 

En terme socioéconomiques le babaçu représente une ressource de première importanceutilisé depuis des siècles pour la production d’huile, et permet lasubsistance de plus de 300 000 familles extractivistes qui en cassent le coco pour en retirer les amandes, leur principale source de revenus. La production nationale atteint environ 200 mille tonnes par an soit 70 mille tonnes d’huile ce qui est inférieur à la demande nationale et internationale. 

 

Les différents usages du babaçu :

 

Le grand avantage du babacù est sa capacité à proposer une grande variété de produits utiles, puisque toute la plante est utilisée pour obtenir une multitude de produits dérivés. Le fruit fournit un beurre végétal au goût agréable et à haute valeur nutritive. 

 

Les amandes peuvent être consommées nature comme elles peuvent aussi produire un huile riche en acide laurique (à fort potentiel anti microbien et de très faible toxicité) utilisé à diverses fins :alimentation humaine, production de cosmétiques, lubrifiant et peut être transformé en biodiesel. Le mésocarpe du fruit produit un charbon d’excellente qualité utilisé commesource d’énergie dans la sidérurgie. 

 

De toutes les parties de la plante le fruit représente le potentiel économique principal, vu qu’on peut en produire plus de 64 produits dérivés. Actuellement l’huile d’amandes est le produit du babaçu le plus utilisé et commercialisé sur le marché mais il existe un manque d’études qui permettraient de viabiliser d’autres usages de ces matières premières.

 

 

Quand on compare les efforts investis en recherche technologique et le potentiel de génération de richesses et de travail du babaçu, on perçoit un énorme déséquilibre qui illustre l’incapacité du gouvernement à traduire ce potentiel en solutions viables pour les communautés. Le babaçu est depuis longtemps reconnu comme ayant un grand potentiel mais est peu étudié, rendant impossible l’amélioration de la chaine de production et en conséquence l’acquisition de nouvelles techniques efficaces pour profiter du fruit entier ce qui est pourtant possible.

 

Des pistes prometteuses telles la semi mécanisation du processus  de collecte et transformation comme orientation sociale pourront certainement donner un nouvel élan à la commercialisation du babaçu.