Nature Rights
Mot de passe oublié ?
Description du projet Babassu
La Communauté des « Quebradeiras de coco de babaçu » est une population traditionnelle du bassin du sud de l’Amazonie, composée de près de 400.000 femmes. Ces femmes travaillent l’extraction des noix de coco de babaçu, arbre natif de la région, et par là même, participent à la préservation et à l’exploitation durable d’un territoire de près de 18 millions d’hectares dans les Etats de Piauí, Maranhão, Tocantins, Pará Mato Grosso et de Goiás.
 
On accorde à « l’extration » de babassu de multiples propriétés, toutes les parties du fruit étant récupérées grâce au savoir-faire artisanal et traditionnel de ces femmes. De la noix, elles extraient de l’huile alimentaire et fabriquent des cosmétiques; du mésocarpe, une farine très nutritive ; de l’écorce, du charbon et de la paille; quant aux fibres, elles sont essentiellement utilisées pour le toit des maisons et pour des objets d’artisanat.
 
L’exploitation de ces noix de coco est le pivot de l'économie familiale traditionnelle autochtone et permet à ces centaines de milliers de femmes d’assurer  la survie de leur famille contribuant ainsi au développement économique et social du Nord, du Nord-Est et le Midwest. Cette activité est essentielle pour maintenir l'équilibre écologique d'une vaste zone du territoire national.
 
 
Au cours des dernières décennies, en raison de la mondialisation et de ses conséquences sur l’économie nationale, le babassu a cessé d'être une activité « attrayante », et est devenue marginale. L’avancée du capitalisme dans les milieux ruraux par le développement d’activités « prédatrices » tel que le soja et le bétail produisent une accélération du processus de destruction de grands espaces couverts par les babassus. 
 
Conséquence de la confrontation de deux modèles de culture que tout oppose, la communauté des « quebradeiras de coco » rencontre des obstacles grandissants à l’exercice de son activité : menaces, violences, difficulté d’accéder aux terres, incendies volontaires, empoisonnement des arbres et de ses fruits et concurrence confrontation directe et inégale avec l'industrie sont autant d’épreuves à affronter au quotidien. 
 
Les pressions exercées par les de grands propriétaires terriens conduisent  à la déstabilisation des communautés locales. On a pu ainsi voir s’accroitre les actes de violences, la pauvreté, mais aussi l’exode rural. Enfin, le déséquilibre écologique, conséquence directe du développement des nouveaux types de culture, viennent éroder et mettre en péril  ce mode d’exploitation traditionnel des ressources de la foret.
 
 
Le voyage de NatureRights au Brésil, et la rencontre des acteurs politiques et sociaux (MIQCB, Deputado Domingos Dutra, Prof. Alfredo Wagner), a permi l’identification d’un projet de soutien de cette communauté qui est à l’heure actuelle en phase d’évaluation.  Elle concerne la préservation d'une zone de près de 10 millions d'hectares dans l'Etat du Maranhao, par une action combinée d'exploitation durable des fruits du babassu et de reforestation.
 
NatureRights se propose d'être un relais informant les citoyens du monde de l’action quotidienne de ces femmes, en reliant cet espace et cette communauté au reste de la planète via une plateforme web communautaire. Il s’agit de permettre à tous de soutenir cette cause noble et de participer à la préservation de ces terres en proposant l’acquisition de « titres de préservation » en ligne. 
 
La somme des contributions individuelles récoltées permettra de soutenir ce projet d’extractivisme qui, par une gestion durable des ressources de la forêt, participe pleinement à la préservation de l’environnement en repoussant les activités économiques prédatrices. Cette démarche, au delà d’avoir un impact positif sur le plan écologique, a également un impact social, culturel et économique positif, par le  renforcement de cette  communauté et la valorisation de l’actif économique de la région.