Valorisation des savoirs traditionnels indigènes: un débat nécessaire

Valorisation des savoirs traditionnels de l’Amazonie, dialogue interculturel sur la science et l’éducation : Un débat nécessaire

Dans les pays amazoniens, une croissance accélérée économique s’accompagne de logiques de développement à court terme, ainsi que de modes d’exploitation prédateurs. Elle provoque, en plus de l’érosion des forêts et de la biodiversité, la disparition progressive de tout un patrimoine culturel autochtone dont elle semble ignorer la valeur et les potentiels.

Au Brésil, particulièrement menacés par un cadre juridique fragile et par l’exploitation internationale des ressources sur leurs territoires, les peuples indigènes souffrent de la perte de leur identité culturelle et des systèmes de connaissances qui y sont associés. Cependant, ces peuples sont détenteurs de savoirs traditionnels qui demeurent, à ce jour encore, inconnus et largement inexploités. Les terrains d’exploration possibles sont largement ouverts, que ce soit pour leur apport à la connaissance et en particulier à la médecine, ou encore pour leur rôle primordial dans la préservation des écosystèmes, mais aussi pour leur potentiel de remise en question de notre relation au vivant..

Ces systèmes de connaissances, sont susceptibles de servir l’humanité entière, ses générations présentes, qui doivent faire face au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité, et ses générations futures, qui devront faire face à des défis plus importants encore sans doute, pour lesquels ces savoirs représentent une valeur incommensurable. Pourtant, Ils se réduisent comme peau de chagrin depuis déjà de nombreuses décennies…

Il est  donc essentiel de prendre en considération la valeur des savoirs traditionnels autochtones dans les mécanismes de développement actuels. Pour ce faire, il faut étudier les liens entre leur valeur immatérielle et les besoins de la société contemporaine, et mettre en place des systèmes de valorisation, qu’ils soient scientifiques ou économiques.

Dans cette perspective, chercheurs, scientifiques, penseurs et entrepreneurs réputés travailleront aux côtés de Benki Piyako, leader politique et spirituel du peuple Ashaninka, afin d’engager des échanges avec le peuple Ashaninka. Ils apporteront un éclairage sur la valeur et les potentialités de ces systèmes de connaissances au regard de la science et les enjeux portés dans différents domaines.

Au travers d’une perspective comparative et interdisciplinaire autour de thèmes aussi variés  que l’alimentation, la médecine, l’agro-foresterie, l’éducation interculturelle… mais aussi dans le domaine des sciences exactes telles que la physique quantique ou les mathématiques, ils exploreront les méthodes d’apprentissage, et apporteront des pistes de réflexion sur les processus de construction et de valorisation des patrimoines naturels et culturels.

En complémentarité des instruments de préservation existants, le fait d’œuvrer à la reconnaissance des savoirs traditionnels par la communauté scientifique est une démarche nécessaire et urgente pour la sauvegarde de ces peuples, de leurs territoires et de leurs droits.

L’objectif est d’alerter l’opinion publique sur la scène internationale, et notamment au Brésil, et d’ouvrir des axes de réflexions à l’occasion de la prochaine conférence mondiale sur les peuples autochtones des Nations Unies qui aura lieu en septembre 2014 à New York.

 

Leave a reply