Lancement de notre campagne de Crowdfunding pour le Centre Panakuh des Savoirs de la Forêt

Présentation du projet 

Le projet “Centre Panakuh des Savoirs de la Forêt“ (CPSF) concerne la création d’un écolieu de transmission situé sur la commune de Saint-Georges-de-l’Oyapock, dans l’est de la Guyane Française, à la frontière du Brésil.
Le projet, co-porté par les associations Panakuh et NatureRights, a comme objectif la construction et le développement d’un Centre dédié à la valorisation et la transmission des savoirs et savoirs-faire traditionnels des populations autochtones de Guyane, en particulier le peuple Palikur (Pahikweneh). Le Centre centralisera en grande partie l’activité communautaire de l’association Panakuh.
Le site a pour objet d’être un écolieu visant à dynamiser et valoriser l’activité communautaire de la région de la Vallée de l’Oyapock, autour des connaissances et pratiques ancestrales touchant à l’artisanat, l’agro-écologie et à la pharmacopée traditionnelle. 

Vous pouvez participez à la construction du Centre en cliquant sur le lien suivant : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-centre-des-savoirs-de-la-foret-panakuh/tabs/description

Le Centre Panakuh des Savoirs de la forêt s’inscrit dans le cadre du programme du Réseau des Savoirs de la Forêt, qui a pour ambition la valorisation de la biodiversité et la transmission des savoirs traditionnels. Depuis 2017, le RSF porte une dynamique collective se traduisant par des ateliers d’échange d’expériences et de pratiques, des activités de transmission intergénérationnelles, et de projets multi-acteurs et intercommunautaires autour de l’agroforesterie, l’artisanat et l’éco-tourisme.

Les activités principales du Centre :

Animations et ateliers qui valorisent la transmission des pratiques et des connaissances traditionnelles des communautés autochtones, autour de l’art et l’artisanat amérindien (initiation à la vannerie, la confection d’eco-bijoux en graines de Guyane, la gravure sur calebasse…).  

Valorisation de la production artisanale communautaire palikur : Produits du Manioc (semoule de manioc torréfiée, tapioca, jus de manioc), produits médicinales et aliments santé issus de la pharmacopée traditionnelle, produits forestiers non-ligneux tels que le palmier Wassaï (Euterpe oleracea),  huiles végétales (Carapa guianensis),  ou encore une production de chocolat traditionnel (Theobroma cacao). Orientées vers le développement local et durable, ces activités favorisent l’échange autour du patrimoine culturel et naturel de Guyane .

Site pilote en agroforesterie, comprenant la valorisation des pratiques agricoles traditionnelles, la mise en place de parcelles agroforestières pilotes et la conduite d’une pépinière communautaire avec des essences forestières locales.  Ces activités reposent sur la production de plantes aromatiques et médicinales et sur  la valorisation économique et éco-responsable des essences forestières guyano-amazoniennes.

Activités de sensibilisation, à travers un tourisme responsable et engagé pour la préservation de la forêt amazonienne. Des sorties fleuve-forêt et des séjours d’immersion à visée éducative sont initiées pour le grand public : activités pédagogiques de découverte, apprentissage et loisirs, connaissance de la faune et la flore, (sur)vie en forêt et valorisation des essences forestières. 

Le CPSF favorisera les échanges inter et intracommunautaire et interculturels entre les mondes.

Contexte : les enjeux de l’écosystème Guyanais

La basse vallée de l’Oyapock, comme le reste du territoire guyanais, est constituée d’un riche patrimoine culturel et naturel. Sa forêt équatoriale est dense et présente une biodiversité exceptionnelle et unique.

Plusieurs communautés y vivent dont les Palikur ou Paykweneh, une des six nations autochtones de Guyane pratiquant depuis la nuit des temps des activités traditionnelles de subsistance.

Les modes de vie des populations locales sont aujourd’hui en pleine transformation.  Les jeunes traversent une crise identitaire, partagés entre tradition et modernité. Face au développement de l’exploitation intensive des ressources naturelles, ces peuples voient aujourd’hui leur mode de vie bouleversé et leurs activités traditionnelles menacées

Pourquoi un financement participatif ? 

Pour mener à bien le projet, nous avons besoin de personnel et d’infrastructures adaptées afin de lancer les activités sur le centre. La campagne de financement participatif participera à la construction d’un ecobungalow afin d’accueillir le régisseur du site, membre de la communauté Palikur, qui pourra assurer une fonction polyvalente de  gardiennage, l’entretien du site et l’accueil du public .

Le bungalow sera conçu comme un bâtiment éco-responsable, inspiré de l’habitat traditionnel Palikur et de la forêt, avec des matériaux locaux, et selon les standards bioclimatiques. Le bâtiment se situera à l’intersection des techniques traditionnelles et modernes.

L’installation du gardien des lieux permettra de lancer la construction d’une base de vie “Payt Panakuh Ahavukune” (Maison Panakuh de la Forêt), répondant aux normes ERP (Établissement Recevant du Public). Il servira de lieu d’accueil, de restauration, de conférence, de bureau, d’espace d’exposition et abritera une boutique solidaire permettant la vente de productions artisanales et agro-écologiques de la communauté. 

Le gardien, dont la fonction sera polyvalente, s’assurera de la sécurité du site, de jour comme de nuit. Il jouera un rôle prépondérant dans l’accueil et l’orientation des visiteurs, et se chargera de l’entretien du site.

Qui sommes-nous ?

Le Centre est un projet multi-partenaires, porté par les associations Panakuh et NatureRights. Il s’inscrit dans la dynamique communautaire palikur représentée par Panakuh avec en appui le Réseau des Savoirs de la Forêt.

L’association Panakuh : 

Acteur de terrain, Panakuh est une association Palikur implantée à l’échelle locale depuis 2014. Elle s’appuie sur un réseau d’une trentaine d’artisans pour réaliser des activités liés à la transmission et valorisation des savoirs traditionnels amérindiens sur l’ensemble du territoire guyanais. L’association organise des ateliers sur le patrimoine replica orologi communautaire et naturel et accompagne les artisans et les agriculteurs familiaux. Par ailleurs, elle valorise les produits forestiers non-ligneux et perpétue la pharmacopée traditionnelle en respectant l’équilibre des écosystèmes.

L’association Nature Rights 

Depuis 2009, Nature Rights travaille à identifier, soutenir et promouvoir les initiatives relevant des « Droits de la Nature ». Implantée en Guyane depuis 2017, l’association apporte un appui technique aux projets locaux de préservation des savoirs ancestraux  et de développement durable. L’objectif, au travers du RSF, est d’accompagner les projets sur la voie de l’autonomisation et de soutenir leurs moyens de production. 


Laisser un commentaire