STOP BELO MONTE / Vendredi 15 Novembre à Paris

LA LUTTE DU BARRAGE DE BELO MONTE S’EXPORTE EN EUROPE

Jeudi 14 novembre 2013 à Bruxelles et vendredi 15 novembre à Paris

Organisé par Planète Amazone
Avec la présence exceptionnelle de la grande militante Antonia Melo (Movimento Xingu Vivo para Sempre)

dual

Facebook : Non au barrage de Belo Monte // Site d’Ecocide

 

POURQUOI CE RASSEMBLEMENT ?

  • Pour que les entreprises européennes comme Alstom et GDF-Suez (France) se désistent des grands  barrages qui détruisent la biodiversité et le devenir des populations locales.
  • Pour que le Brésil respecte ses propres lois, sa constitution et les conventions internationales qu’il a  ratifiés, qui veillent aux droits de ses populations autochtones et à la protection de l’environnement.
  • Pour que les crimes et les assassinats dont sont victimes au Brésil les populations indigènes et les
  • défenseurs de l’environnement ne restent plus impunis.

Le barrage de Belo Monte a été déclaré illégal le 25 octobre 2013 par une décision de justice qui a exigé l’arrêt immédiat du chantier. L’administration de la présidente Dilma Rousseff a eu recours à une mesure d’Urgence Nationale (mise en place sous la dictature militaire pour faire face à des menaces graves, conflits armés, guerres civiles…) pour balayer d’un revers de la main cette décision tant attendue par les détracteurs du projet, qui suscite des levers de boucliers depuis plus de trente ans. Cet ultime camouflet prouve une fois de plus que les victimes actuelles ou futures de Belo Monte n’ont rien à attendre de dirigeants qui ne tiennent pas compte de la justice et de la Constitution de leur pays et encore moins des traités internationaux qu’il a ratifiés.

Ce 15 novembre, unis autour d’Antonia Melo, nous nous élèverons, dans le quartier d’affaire de la Défense, contre l’implication de compagnies européennes telles qu’Alstom, Andritz, Arcadis, Mercedes-Benz, Voith, Siemens et GDF-SUEZ (étude de faisabilité) dans ce projet, vendue comme un modèle par le Brésil (des dizaines d’autres barrages de ce type sont prévus d’ici à 2020). En participant à un projet qui accumule les violations de droits de l’homme, de ceux des peuples autochtones et porte atteinte de façon irrémédiable à un environnement jusqu’alors préservé, ces compagnies se rendent complices de crimes. S’ils retirent leur participation, le projet chancellera. A cette occasion, Antonia Melo souhaite rencontrer Patrick Kron, PDG d’Alstom, afin d’ouvrir un dialogue, échanger des points de vue et au-delà, exposer clairement aux actionnaires de cette compagnie, qui viole sa propre charte éthique en s’associant à ce projet, la réalité d’une situation qu’elle constate au quotidien dans sa ville et dans sa région depuis le début des travaux de Belo Monte. Ce 15 novembre, nous appellerons aussi à manifester devant l’ambassade du Brésil pour dénoncer les dérives d’une politique fascisante qui accepte de sacrifier des vies humaines et un environnement précieux pour l’humanité entière pour le profit d’un petit nombre, les très puissants propriétaires terriens du pays, qui tiennent les rennes du Congrès. Ce 15 novembre 2013, nous souhaitons que vous soyez à nos côtés et nous espérons pouvoir compter sur votre présence, au nom de toutes les victimes présentes et à venir.

 

Programme

Jeudi 14 novembre de 15h00 à 18h30

Mega Barrage de Belo Monte, L’Amazonie en prédation ?
– Conférence

Au Parlement Européen, Room ASP 1G3, 60 Rue Wiertz, 1047 Bruxelles

Belo Monte est un projet de méga-barrage très controversé sur le « grand virage » de la rivière Xingu, un affluent de l’Amazone. Comme d’autres mégaprojets, il est affirmé par certains qu’un tel développement à grande échelle permettra d’améliorer les conditions de vie pour les populations locales, en ligne avec le slogan du gouvernement brésilien « le développement commence avec l’énergie »… Mais à qui profite réellement ce type de projet ? Et qui paiera vraiment la facture? Débat animé par Ulrike Lunacek, Catherine Grèze et Eva Joly, députées européenne du groupe des Verts, avec Antonia Melo, du « Movimento Xingu Vivo Para Sempre », Felicio Pontes, du Ministère public de l’Etat du Pará, Valérie Cabanes, Juriste en Droit International, porte-parole de l’initiative citoyenne européenne « Arrêtons l’écocide en Europe », Olivier Petitjean, co-fondateur de « l’Observatoire des multinationales », Alfredo Pena-Vega, Sociologue, Enseignant-chercheur du Centre Edgar Morin/EHESS-CNRS et fondateur du Tribunal Internationale pour la Nature…

Vendredi 15 novembre de 12h00 à 14h00 à la Défense, puis à 15h00 devant l’ambassade du Brésil

STOP BELO MONTE!
– Rassemblement citoyen – Manifestation

Paris-La Défense – devant les tours de GDF-SUEZ et ALSTOM Paris, ambassade du Brésil, 34 Cours Albert 1er, 75008 Paris
point de rendez-vous (11h30) : Pouce de César, Place Carpeaux.
Avec la présence exceptionnelle d’Antonia Melo (Movimento Xingu Vivo Para Sempre – Altamira, Brésil) Rassemblement organisé par Planète Amazone avec Amazon Watch et l’initiative citoyenne européenne Arrêtons l’Ecocide en Europe

Le barrage de Belo Monte a été déclaré illégal le 25 octobre 2013 par une décision de justice qui a exigé l’arrêt immédiat du chantier. L’administration de la présidente Dilma Rousseff a eu recours à une mesure d’Urgence Nationale pour balayer d’un revers de la main cette décision tant attendue par les détracteurs du projet, qui suscite des levers de boucliers depuis plus de trente ans. En réaction, toutes les organisations et militants soucieux de la préservation de l’environnement sont appelés à s’unir pour un rassemblement citoyen autour d’Antonia Melo, la grande militante du Mouvement Xingu Vivant Pour Toujours (Movimento Xingu Vivo para Sempre). A cette occasion, Antonia Melo souhaite rencontrer Patrick Kron, PDG d’Alstom, afin d’ouvrir un dialogue, échanger des points de vue et au-delà, exposer clairement aux actionnaires de cette compagnie, qui viole sa propre charte éthique en s’associant à ce projet, la réalité d’une situation qu’elle constate au quotidien dans sa ville et dans sa région depuis le début des travaux de Belo Monte. Le rassemblement débutera devant l’immeuble de GDF-SUEZ, impliqué dans d’autres barrages ravageurs en Amazonie brésilienne. Devant l’ambassade du Brésil, les manifestants appelleront au respect des droits des populations indigènes, à la pointe de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne. Liens : Infos Vidéo d’Antonia Melo Demande d’entretien avec Patrick Kron, président d’Alstom Appel à soutenir le rassemblement

Vendredi 15 novembre à 16h00

STOP BELO MONTE, STOP GRANDS BARRAGES EN AMAZONIE
– Conférence de presse

Agence BETC, 85 Rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

Après plusieurs paralysies spectaculaires du chantier du barrage de Belo Monte, notamment par les peuples indigènes menacés, le gouvernement a pris des mesures radicales. Il harcèle et tente désormais de bâillonner les militants depuis qu’une loi menace tout manifestant de poursuites judiciaires. La police militaire est déployée sur place et autorisée à utiliser la force. Les opposants à Belo Monte restent très mobilisés, notamment par le biais des réseaux sociaux. Ils travaillent à alerter la communauté internationale pour renforcer les pressions sur les autorités de leur pays, alors que le Brésil s’apprête à accueillir la prochaine Coupe du Monde de Football (2014) et les prochains JO (2016). Cibles privilégiées, les pays dont sont originaires certaines des entreprises participant à ce projet illégal et à d’autres projets de barrage, similaires et tout aussi contestés. L’écho que rencontre en France la lutte contre le barrage de Belo Monte doit beaucoup au célèbre Cacique Raoni Metuktire, mais n’est sans doute pas étranger non plus à l’indignation que suscite chez nos concitoyens la présence sur des projets de grands barrages décriés en Amazonie d’entreprises telles qu’Alstom (qui a décroché, au sein d’un consortium constitué également des firmes Voith & Andritz, un contrat de 500 millions € pour fournir les turbines de Belo Monte) et GDF-Suez (maître d’oeuvre majoritaire du barrage de Jirau, sur le rio Madeira). Avec Antonia Melo, du « Movimento Xingu Vivo Para Sempre », Christian Poirier (Amazon Watch), Valérie Cabanes, Juriste en Droit International, porte-parole de l’initiative citoyenne européenne « Arrêtons l’écocide en Europe », Gert-Peter Bruch (Planète Amazone). Pour s’inscrire : http://raoni.com/presse/invitation_presse_2013-11-15.html

Vendredi 15 novembre à 19h15

Barrage de Belo Monte (Brésil) : point sur une catastrophe écologique et humanitaire aux ramifications internationales
– Conférence

Sciences Po, Amphithéâtre Albert Caquot, 27 Rue Saint-Guillaume, 75007 Paris

Depuis 25 ans, les peuples indigènes vivant le long du fleuve Xingu, incarnés par le célèbre chef Raoni, se battent contre la construction du barrage de Belo Monte au coeur de la forêt amazonienne. Après une intense mobilisation internationale et de nombreux revirements judiciaires, les travaux ont finalement débuté et menacent un patrimoine ethnologique et naturel unique au monde. Quel rôle jouent les pouvoirs publics et les entreprises internationales ? Quelles alternatives restent-t-il pour la société civile ? Avec Antonia Melo, du « Movimento Xingu Vivo Para Sempre », Felipe Milanez, Chercheur au Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra et Journaliste à Carta Capital, spécialisé sur l’environnement, les conflits sociaux et les questions autochtones, Valérie Cabanes, Juriste en Droit International, porte-parole de l’initiative citoyenne européenne « Arrêtons l’écocide en Europe », Christian Poirier, Amazon Watch et Olivier Petitjean, co-fondateur de « l’Observatoire des multinationales », Rencontre animée par Gert-Peter Bruch, président de Planète Amazone. Pour s’inscrire :

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Instagram
SOCIALICON