Le réseau des centres de savoirs amazoniens et des cultures ancestrales en Guyane

La Guyane française est un département d’outre-mer en Amérique du Sud peu connu et peu valorisé, pourtant très riche culturellement et naturellement. Ses peuples autochtones font face à une véritable crise de sens, déchirés entre leurs traditions ancestrales et l’évolution d’une société qui tente de les assimiler malgré leurs différences et réticences. Leur culture, leurs structures traditionnelles, leurs liens à la terre sont extrêmement menacés. Dans ce contexte, la Jeunesse Autochtone de Guyane cherche à reconstruire et affirmer son identité culturelle, à travers la ré-appropriation des savoirs de leurs ancêtres.

En partenariat avec les peuples guyanais, et avec la JAG, Nature Rights initie la création d’un réseau de centres de savoirs ancestraux amazoniens en s’appuyant sur les initiatives et projets autochtones réparties sur l’ensemble du territoire guyanais. L’objectif est de soutenir et accompagner des projets en herbe ayant pour objet « d’assurer la reconstitution, l’accessibilité et la transmission des savoirs et savoir-faire des Peuples Autochtone de Guyane, d’Amazonie et du monde ».

En Guyane française existent de nombreuses initiatives visant à promouvoir la biodiversité et les savoirs traditionnels guyanais, mais elles ne reçoivent que peu d’aide financière ou d’accompagnement dans la gestion. De ce fait, l’ESF entend co-construire avec les porteurs de projet une stratégie globale d’accompagnement et de mise en réseau des dynamiques locales afin partager des outils, des méthodes et des contenus. L’objectif est de soutenir des initiatives participant à la reconstitution du patrimoine culturel Amérindien d’une part, et d’autre part au renforcement de la capacité de résilience des communautés par les échanges culturels et l’ouverture sur le monde.

De nombreux projets sont actuellement en cours d’étude : à Trois Sauts, à Awala Yalimapo, en terre Wayana et à Saint-Laurent du Maroni. L’objectif est d’essaimer le concept sur tout le territoire guyanais en soutenant les communautés dans le développement de petits centres dans les villages.

Le modèle comporte un volet physique et un volet numérique. Il s’appuie d’une part sur des initiatives physiques locales afin de soutenir la transmission des savoirs, savoirs-faires traditionnels et l’entreprenariat local qui valorise les ressources culturelles ainsi que la biodiversité guyanaise. D’autre part, l’initiative s’appuie sur une interface qui va permettre la collecte et le partage d’informations concernant les de ressources relatives aux peuples autochtones. Le réseau sera aussi utilisé pour valoriser et diffuser les expériences locales et les savoirs-faires traditionnels.

Cette initiative est inspirée de Yorenka Atame, l’école des savoirs de la forêt développé par la communauté Ashaninka au Brésil. Ce centre recense, produit et diffuse des pratiques durables de gestion des ressources naturelles, fondées sur les savoirs traditionnels autochtones. Une visite des porteurs de projets autochtones guyanais à Yorenka Atame est en cours d’organisation en juillet 2018, pour leur permettre de mieux s’approprier le projet et de l’adapter aux circonstances locales. Voir Bio Benki Piyako Voir Rencontre Benki / JAG

A terme, le projet vise à valoriser l’identité et les savoirs autochtone en dehors du territoire guyanais afin d’ouvrer en faveur de leur reconnaissance par l’Etat français et participer à la souveraineté sur leur territoire et sur leurs modes de vies. Il s’agira par ailleurs de promouvoir des alternatives de développement valorisant les ressources culturelles et naturelles de la région, tel que le soutien aux productions locales artisanales, afin de participer à l’autonomie  des communautés et ainsi promouvoir un développement respectueux de la nature et de l’homme en Guyane.

 

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Instagram
SOCIALICON