Anthropocène

La nature a t elle des droits ?

Villes tentaculaires, forêts disparaissant sous les cultures, réseaux d’autoroutes, barrages monumentaux… : nous voilà entrés de plein pied, depuis la révolution industrielle, dans une ère où les activités humaines redessinent le visage de la planète plus rapidement encore que les grandes forces de la nature.

Baptisée « Anthropocène » ou « Âge des humains », cette nouvelle période géologique qui met l’homo sapiens face à une inédite responsabilité, nous questionne au plus profond de notre être, dans la conception que nous nous faisons de la nature et de notre place en elle.

Héritiers d’une tradition judéo-chrétienne qui justifie l’exploitation des ressources naturelles par la supériorité humaine, et d’une modernité qui accentue cette perspective, nombreux sont les occidentaux qui tendent cependant vers un changement de paradigme.

Quels sont les instruments philosophiques et juridiques mis en avant aujourd’hui pour repenser notre rapport à la vie qui nous entoure et qui nous porte ?

Et comment perçoit-on ces interrogations portant sur la frontière entre nature et culture, quand on vient d’un peuple amazonien, qui ne l’a jamais tracée ?

Rationalité moderne et vision indigène d’un homme entièrement intégré à son environnement peuvent-elles se superposer, à mesure que la première se défait de son vieux mécanisme réductionniste et que la seconde s’arme des concepts permettant de faire entendre son message holistique ?

 

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Instagram
SOCIALICON