En défense des Droits de la Nature

Le mouvement des droits pour la Terre propose de faire émerger de nouvelles normes internationales portant sur la prévention et la sanction des crimes et des atteintes à l’environnement, et sur la reconnaissance des droits de la Nature comme moyen de garantir le maintien des cycles écologiques vitaux de la planète, les devoirs de l’homme à cet égard, et la possibilité de revendiquer ces droits en justice.

Nature Rights oeuvre dans ce contexte, pour l’évolution du cadre juridique international, en soutenant des initiatives relevant des droits de la Terre (Earth Laws).

La naissance d’un nouveau corpus juridique

De nouvelles approches juridiques se consolident actuellement : droit de la Terre, de la Nature, des générations futures, de l’Homme à un environnement sain, crime d’écocide… Toutes ces propositions s’inscrivent dans une perspective socio-écosystémique novatrice, reconnaissant que les êtres humains sont des parts indissociables de la Nature et que leurs actions ont des conséquences, non seulement sur leur environnement, mais aussi sur leur propre devenir.

Cette émergence et convergence de propositions est l’expression d’un momentum historique, qui, face à la destruction des conditions de vie sur Terre, prône une adaptation des normes internationales pour établir un cadre juridique destiné à la protection de la Terre, de ses habitants et à la prise en compte des générations futures.
Ce principe d’interdépendance induit un changement de paradigme : le passage d’une perspective purement anthropocentrée (protection de la nature pour le bien être humain) à celle qui englobe les intérêts des générations à venir et reconnaît une valeur intrinsèque à la nature comme sujet de droit.

NatureRights s’implique en particulier sur deux axes :

  • l’affirmation des droits de la Nature qui reconnait aux écosystèmes des droits à l’existence et les devoirs incombant à l’humanité de respecter l’intégrité de leurs cycles vitaux – reposant sur La “Déclaration Universelle des Droits de la Nature” portée par Global Alliance of the Rights of Nature (GARN).
  • la reconnaissance du crime d’écocide par le droit pénal international – reposant sur la proposition d’amendements au Statut de la Cour Pénale Internationale, de l’organisation End Ecocide on Earth et qui permettrait la mise en place d’un cadre juridique international susceptible de garantir la sûreté de la planète.

Nature Rights fédère les acteurs et les experts pour agir sur le terrain

Nature Rights participe à diverses initiatives juridiques ayant pour objet de protéger l’environnement et lutter contre l’impunité des acteurs économiques et politiques. Nous agissons avec des réseaux d’experts afin d’apporter un soutien opérationnel, logistique et de communication en vue de fédérer les citoyens sur des recours communs, sensibiliser à la thématique, organiser des événements et autres formes d’actions. Une de nos actions phares consistent à l’organisation de Tribunaux internationaux des droits de la Nature avec plusieurs partenaires, tels la Global Alliance for the Rights of Nature (GARN) et End Ecocide on Earth.

Les Tribunaux internationaux des droits de la Nature.

Le Tribunal des droits de la Nature est un tribunal moral porté par la GARN, visant à démontrer l’effectivité d’un nouveau droit éco-centré et de proposer des textes juridiques pour préserver la sûreté de la planète, tel que la Déclaration Universelle des Droits de la Nature.

NatureRights a organisé le Tribunal des Droits de la Nature lors de la COP21 à Paris, un évènement qui a réunit plus de 2000 personnes à Paris pendant 2 jours, autour de 80 experts venant de 30 pays différents qui statuèrent sur plus de 20 crimes environnementaux.

A cette occasion NatureRights a publié un livre intitulé Des droits pour la Terre, aux éditions Utopia, avec le collectifs d’experts contribuant à la Global Alliance for the Rights of Nature, à End Ecocide on Earth et ATTAC.

NatureRights a participé à l’organisation du Tribunal des Droits de la Nature lors de la COP23 à Bonn, et à la présentation du cas de projet de mine industrielle Montagne d’or en partenariat avec France Libertés, Maiouri Nature Guyane et Jeunesse Autochtone de Guyane

Pour plus d’informations sur les Tribunaux de la COP21 et de la COP23, c’est ici !

Tribunal des droits de la Nature à Paris, COP21 (4-5 décembre 2015) :  Jour 1   /   Jour 2

Tribunal des droits de la Nature à Bonn, Allemagne COP23 (7-8 novembre 2017) : Programme et présentation des cas    /   Présentation du cas de projet de mine industrielle Montagne d’or

Nos initiatives en faveur des droits de la Terre et de la reconnaissance par le droit international pénal du crime d’écocide sont nombreuses : retrouvez-les ci-dessous ! (WiP)

Nos partenaires