Cannes 2011 Expo Barbara Veiga

L’EXPOSITION de Barbara Veiga

NatureRights en collaboration avec « Just a Citizen of the World » a organisé une exposition présentant les oeuvres de Barbara Veiga, photographe ayant passé 2 ans à bord des navires de Sea Shepherd. L’exposition présente, au travers de différents thèmes, une approche globale sur la biodiversité et la compréhension des enjeux géopolitiques, économiques et sociaux de la campagne. L’objectif est de légitimer l’activisme et les méthodes non conventionnelles utilisées par l’ONG.

Les thèmes abordés par l’exposition sont: Sea Shepherd, biodiversité marine, l’activisme ou le combat contre les pêcheurs illégaux, les militants à bord, la victoire de la campagne , les icebergs et la faune antarctique.

Chaque thème abordé est illustré par des textes d’explication (données factuelles, évènements, …) ainsi que le message associé au mouvement “Rev-olution”. Les bénéfices de la vente des photos seront répartis entre la photographe et les ONG impliquées – Sea Shepherd, NatureRights, Just a Citizen of the world, pour poursuivre l’exposition et soutenir le projet global et la production d’un web documentaire interactif sur la biodiversité marine.

PRO_barbara-veiga_sea-shepherd_steve-irwin_4-copie

L’ARTISTE

Barbara Veiga a quitté le Brésil en 2006 afin de réaliser son rêve: construire un futur meilleur pour notre planète. Pour ce faire, elle rejoint d’abord l’équipage du navire Arctic Sunrise de GreenPeace qui partait pour leur campagne sur l’Amazone.

Quelques années plus tard, elle s’engage auprès de la Sea Shepherd, organisation de défense des océans fondée par le capitaine Paul Watson, et prend part à
leur campagne contre la chasse à la baleine. Elle passe deux années en tant que photographe bénévole pour Sea Shepherd, illustrant les efforts déployés pour protéger les baleines à travers tous les océans contre la flotte de baleiniers japonais. Entre oeuvres d’art chargées de symbolisme et photo reportage, ses photographies combinent sa formation de journalisme à sa passion pour la photographie.

En 2011, elle rejoint le mouvement “Rêv-olution” lancé par NatureRights et expose ses oeuvres lors du Festival du Film à Cannes. Depuis une exposition itinérante est créée permettant à Barbara Veiga d’exposer partout dans le monde.

SEA SHEPHERD

Fondée en 1981 par Paul Watson, Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) est une organisation de protection des océans utilisant l’intervention directe comme forme principale d’action. Ainsi, les navires de la flotte de SSCS deviennent très vite les “bergers des océans”, protégeant la vie marine des pêcheurs illégaux, véritables destructeurs de la faune aquatique agissant en dépit des lois sur le commerce des espèces en voie de disparition.

Paul Watson, d’abord qualifié « d’éco terroriste » et ayant même fait l’objet d’un mandat d’arrêt international d’Interpol, est considéré par beaucoup comme un héro moderne. La SSCS est engagée dans différentes campagnes de protection de certaines espèces en voie de disparition telles que les baleines, les phoques, les dauphins ou les requins. Grâce à l’action de la SSCS, ce sont des dizaines de milliers d’animaux qui ont été sauvé depuis plus d’un quart de siècle.

BIODIVERSITÉ

Les océans représentent environ 70% de la surface de la planète et sont très riches en biodiversité : les milieux marins et côtiers hébergent 97% de l’ensemble des espèces de la Terre. Les océans, les écosystèmes marins et leur biodiversité sont essentiels à la vie sur la planète.

Ils jouent un rôle central dans le recyclage global des nutriments ainsi que dans la régulation climatique et assurent à l’humanité une grande variété de ressources et de services. La vie en mer produit un tiers de l’oxygène que nous respirons.

Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation des Nations Unies), la moitié des réserves halieutiques mondiales été exploitées au maximum de leur potentiel depuis 30 ans, un quart est surexploité ou déjà éteint.

ACTIVISME

Malgré l’ampleur de la détérioration de la biodiversité marine, aucune mesure n’a été prise pour surveiller l’application des lois internationales. Le 2 Décembre 1946, la Convention internationale pour la réglementation de la chasse et les baleines à conduit à la création d’une Commission baleinière internationale (CBI) pour réglementer la chasse des baleines dans tous les océans. En 1986, la CBI a décidé de mettre en place un moratoire interdisant la chasse à la baleine à cause de la menace croissante de l’extinction de cette espèce.

Néanmoins le Japon, la Norvège, la Russie et l’Islande ont continué de tuer des milliers de baleines chaque année.
Ces pays ont invoqué une clause dans le moratoire permettant la pêche à des fins scientifiques. C’est dans ce contexte que la fondation «Sea Shepherd» a décidé d’intervenir pour assurer la mise en oeuvre des normes internationales et essayer d’arrêter le massacre des baleines.

VICTOIRE

En février 2011, après deux mois de batailles navales, les baleiniers japonais suspendent leurs activités dans l’océan Austral et quittent leur terrain de chasse, le sanctuaire des baleines.

La défaite des baleiniers japonais, qui ont été forcés d’abandonner leur activité, et de rentrer chez eux avec moins de 15% de leur quota, marque le succès de cette dernière campagne, et des méthodes d’intervention directe pour protéger la biodiversité.

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Instagram
SOCIALICON