Une terre pour les Kogis

Une terre pour les kogis

Fondée par Eric Julien en 1997, l’association Tchendukua œuvre à la restauration des territoires des indiens Kogis en Colombie, la préservation de la biodiversité et sauvegarde de leur culture. L’organisation a restitué près de 2000 hectares de terres ancestrales aux Indiens Kogis depuis cette date.
NatureRights souhaite acompagner Tchendukua dans le lancement du nouveau projet « une terre pour les Kogis », qui consiste à acheter et restituer une terre ancestrale de 70 hectares aux indiens Kogis dans la Sierra de Santa Marta en Colombie. L’objectif général du projet est la récupération forestière, hydraulique et culturelle de cet espace aujourd’hui largement dégradé.
Afin de créer une mobilisation citoyenne d’internautes en faveur de ce projet, NatureRights propose de coupler le projet à une application 2.0 communautaire et à une opération de communication associée, constituant un instrument de levée de fonds et de sensibilisation du grand public, en contrepartie d’un retour d’information régulier effectué par les opérateurs du projet.

Eric Julien

C’est l’histoire d’un vrai miracle. Celle d’un guide de haute montagne sauvé d’une mort certaine par une tribu indienne à plus de 5000 mètres d’altitude. Depuis sa rencontre avec les Kogis, la vie d’Eric Julien a complètement changé. Il décide de s’engager à leur coté et fonde, en 1997, l’Association Tchendukua – Ici et Ailleurs. Soutenue, entre autre, par Pierre Richard et Edgar Morin, l’association a racheté et rendu aux Kogis près de 2000 hectares de Terre, avec 6000 membres ou donateurs. Témoignage de ce passionné de la cause indienne.

Plus…

La Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie abrite une communauté de 12 000 Kogis contraints de fuir devant l’avancée de la déforestation. Alors que les Kogis vivent depuis 500 ans dans ces montagnes, ils se voient aujourd’hui opposer le fait de ne pas disposer de titres de propriété. L’objectif du projet Tchendukua est d’acheter plusieurs terrains pour permettre aux Kogis de recréer leurs villages, préserver ainsi une vallée et lutter contre la déforestation.
Trois axes principaux :
racheter et restituer des terres pour les Indiens Kogis ;
protéger leur patrimoine culturel ;
les accompagner dans le développement de projets de préservation / reconstitution de la biodiversité.
Le projet « Une terre pour les Kogis » avec Tchendukua a déjà permis de racheter 1500 hectares dont les titres ont été transférés à la communauté indigène.

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
Instagram
SOCIALICON