DES DROITS POUR TERRE : LES ACTEURS DE LA MOBILISATION

Des Droits pour la Terre, une coalition d’acteurs pour faire évoluer le cadre juridique international afin de garantir la sureté de la planète.

END ECOCIDE ON EARTH

LA RECONNAISSANCE DU CRIME D’ECOCIDE EN DROIT PENAL INTERNATIONAL

EEEEnd Ecocide on Earth est un mouvement citoyen œuvrant pour faire reconnaître le crime d’écocide par le droit pénal international.Des amendements ont été proposés par EEE au Statut de Rome, afin d’inclure le crime d’écocide comme 5ème crime pouvant être poursuivi devant la Cour Pénale Internationale au même titre que le crime contre l’humanité, le crime de génocide, le crime de guerre et le crime d’agression. La reconnaissance du crime d’écocide en temps de paix permettrait de juger les auteurs de crimes environnementaux les plus graves et d’établir un cadre juridique susceptible de garantir la sureté de la planète, face aux multiples menaces qui pèsent sur le vivant et sur les générations futures. EEE cherche actuellement un chef d’Etat pour porter le projet d’amendements aux Etats parties à la CPI. EEE a participé à la rédaction d’un rapport sur le projet de « Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité » qui sera porté par le président François Hollande en 2016, dans lequel est cité plusieurs fois le projet d’amendements, mis en annexe dans son intégralité. http://endecocide.org

GLOBAL ALLIANCE DES DROITS DE LA NATURE

RECONNAITRE LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE LA NATURE

tribunal

La Global Alliance des Droits de la Nature porte la Déclaration Universelle des Droits de la Nature, une déclaration issue du Sommet de Cochabamba, Bolivie, qui fut acclamé par 30.000 personnes et a obtenu près d’un million de signatures à ce jour en provenance de plus de 100 pays.
La “Déclaration Universelle des Droits de la Nature” reconnait aux écosystèmes  le droit d’exister, de se maintenir et de se régénérer et aussi que ces droits puissent être revendiqués en justice. Elle définit les devoirs incombant à l’humanité de respecter l’intégrité de leurs cycles vitaux.
La GARN est une coalition d’acteurs et de personnalités reconnues dans le  « droit de la terre » et réunies pour défendre les principes des Droits de la Nature.
http://therightsofnature.org/

NATURERIGHTS

DES DROITS POUR LA TERRE, PRINCIPE D’INTERDÉPENDANCE HOMME / NATURE

nrLes êtres humains font partie intégrante de la nature, leurs actions ayant des conséquences, non seulement sur leur environnement, mais aussi sur leur propre devenir. Il faut faire évoluer la philosophie du droit pour tenir compte de ce principe d’interdépendance dans les systèmes juridiques et les modes de gouvernance mondiaux.

Permettre aux écosystèmes de se régénérer et se perpétuer est la condition même pour maintenir la vie sur terre. Il ne sera pas possible de protéger les écosystèmes sans leur reconnaitre leurs droits à l’existence.  Reconnaître le Vivant comme Sujet de Droit revient à garantir les droits fondamentaux de l’homme et des générations futures à bénéficier d’un environnement sain et viable.

www.naturerights.com

 

NOTRE AFFAIRE A TOUS !

AGIR COLLECTIVEMENT POUR LA JUSTICE CLIMATIQUE.
naatLe droit est l’un des vecteurs de changement les plus puissants qui soient. Nous devons faire respecter le droit et le faire évoluer pour garantir la protection de la planète, et de tous ses habitant-es.
Aux Pays Bas, 900 citoyens ont condamné et obligé leur gouvernement à réduire de 25% ses gaz à effet de serre d’ici à 2020. C’est un jalon historique de la justice climatique ouvrant une nouvelle voie juridique et une véritable révolution philosophique. Nous unir pour défendre l’intérêt général face à celles/ceux qui détruisent notre planète est une nécessité absolue. Justice économique, sociale, climatique et environnementale sont indissociables. Faisons du droit un outil et un objet de mobilisation, et engageons-nous collectivement pour faire reconnaître la justice environnementale et climatique.
www.notreaffaireatous.org

Leave a reply